Bienvenue à CLANSAYES
En Drôme Provençale
 

Lettre aux conseillères et conseillers communautaires

Mesdames et Messieurs les conseillères et conseillers communautaires.

Que reste-t-il en ce début d'année 2018 de nos enthousiasmes d’élus, devoir avec la mise en place de l'intercommunalité,
un réel engagement partenarial englobant dans un même esprit l'avenir de nos communes qu'elles soient
importantes par leur représentativité au niveau de la population ou plus modestement symboles d'un patrimoine
judicieusement complémentaire.
Sans refaire un historique qui n’apporterait aujourd'hui qu'une acrimonie stérile, il faut bien reconnaître que ce fut un échec.
Loin de répondre aux attentes de l’ensemble des Maires et des administrés de notre territoire, la mise en place de l'intercommunalité
se révéla être un échec douloureux qui nous divisa plus qu'ilne construisit et qui laissa la population dans un désarroi critique désabusé.
Nous sommes actuellement dans une perspective positive de construire ensemble de nouvelles réponses mais aussi de faire
en sorte qu'enrichis des expériences précédentes nous puissions repartir sur des bases nouvelles, conscients qu’il en va désormais
de notre crédibilité mais aussi de notre légitime autorité de réaliser la réussite de cette entreprise.
Concrètement cela impose que nous abandonnions nos querelles intestines ou partisanes pour aborder ensemble le devenir de nos communes,
légitimement fières de leurs personnalités identitaires mais désormais réunies autour d'objectifs profondément communautaires.
Cela veut d'abord dire que l’élection du Président puisse s’effectuer par la volonté unanime de tous les représentants communaux.
Porte-parole de tous les élus, il doit incontestablement ne pas être remis en cause de manière systématique, sachant que son autorité doit aussi
s’appuyer non seulement sur sa compétence personnelle mais aussi sur son aptitude à sereinement arbitrer les orientations proposées ayant
fait l’objet de dialogues ouverts et pluralistes.
Ne peut être non plus négligée, l’importance des trois grandes communes de notre territoire. Pierrelatte, Saint Paul Trois Châteaux, Donzère
représentant environ 30.000 habitants.
Concrètement cela signifie que les trois quarts de la Communauté de Communes s'articulent autour de ces trois pôles primordiaux.
De fait, les Maires de Pierrelatte, Saint Paul Trois Châteaux et Donzère doivent s’entendre et s’impliquer personnellement pour diriger ensemble la
Communauté de Communes DROME SUD PROVENCE. Cela, au-delà des étiquettes politiques dont ne veulent plus entendre parler nos administrés.
Des moyens financiers doivent être alloués et les maires des grandes communes en ont également la responsabilité, au risque de se voir reprocher
par l’ensemble des élus et des administrés un nouvel échec pour notre territoire.
Il est donc évident que ne pas tenir compte de cette représentation numérique importante serait une erreur, susceptible au départ de rendre caduque
les débats.
Mais au-delà du souci légitime de cette remarque, il serait tout aussi néfaste à l'harmonie du groupe que ces trois citées ne prennent pas en compte les
revendications légitimes et les réels besoins des communes satellitaires.
L’équation n'est pas facile à résoudre, mais il est primordial pour l’avenir de l’intercommunalité que soit accordée aux représentants de ces villages une
attention qui aille bien au-delà d'une simple écoute polie. Bien souvent les Maires de ces communes défendent avec compétence et disponibilité un
territoire souvent difficile à gérer. Les moyens financiers ne sont pas extensibles et les demandes des administrés souvent exigeantes, voire promptes
à des critiques quelquefois injustes mais acerbes.
En résumé, l'équilibre de la Communauté de Communes résidera dans cette prise en compte attentive entre tous ces paramètres. Ce n'est pas une tâche
impossible, mais elle demandera la mise en place d'une politique cohérente recueillant l'adhésion de tous.
Il faudra une véritable envie de travailler ensemble, dans une écoute respectueuse de tous sans chercher à faire prévaloir quelques actes autoritaires de
qui que ce soit.
Jusqu'à ce jour nous n'avons pas réussi. Il serait dommage que faute d’accord nous laissions à d'autres (le Préfet par exemple) le soin de réaliser
autoritairement ce que nous devons par devoir réaliser tous ensemble.
 
Parions que cette fois nous réussirons.
 
Michel APROYAN Maire des GRANGES GONTARDES,
Christian ANDRUEJOL Maire de LA GARDE ADHEMAR,
Alain FALLOT Maire de MALATAVERNE,
Maryannick GARIN Maire de CLANSAYES.